Non !

au commerce de chiots en salons et animaleries

Soutenez notre combat pour l’interdiction de la vente des chiots en animaleries et salons animaliers

Vous pouvez nous soutenir en tant qu’association ou en tant que particulier

Ils nous soutiennent et ont rejoint notre combat

Ces associations ou refuges sont à nos côtés et se sont engagés en signant une lettre de soutien à l’association P.A.C pour le combat contre la vente des chiots en animaleries et salons. Si vous aussi : association, éleveur,  souhaitez nous rejoindre, contactez Fanny pour qu’elle vous adresse la lettre à nous retourner signée ou bien rendez-vous ici pour la télécharger

Pour consulter la liste de nos soutiens, c’est par ici

L’association Protection et Action pour les Chiens lance un grand combat national contre la vente de chiots en salons et animaleries et mobilise les associations de protections animale, les refuges, les éleveurs (respectueux du bien-être) et les particuliers pour apporter leur soutien.

Pourquoi ?

1. Risques sanitaires avérés

  • De nombreux chiots vendus par ce biais présentent souvent des maladies graves voire mortelles (toux de chenil, parvovirose , giardiose, maladies héréditaires) surtout quand il proviennent d’élevages intensifs (usines à chiots avec 200 à 600 reproducteurs) où les mesures sanitaires sont peu ou pas respectées et où les contrôles des autorités compétentes sont trop irréguliers.

2. Non respect du bien-être animal

  • Certains élevages, qui recherchent avant tout le profit, sont bien peu soucieux du bien-être animal: pas de sorties, pas de jeux, et les mères reproductrices sont exploitées jusqu’à épuisement puis récupérées par des associations ou bien “disparaissent”.
  • Les chiots vendus en salons sont transportés chaque week-end, souvent empilés dans des cages dans des camions mal aérés, subissent le brouhaha des lieux d’exposition pendant 48 heures, sont manipulés par les enfants ou les acheteurs potentiels, etc.

3. Les arnaques sont fréquentes

  • Les arnaques en tous genres (tromperies, vols) sont fréquentes sur ce type de vente avec des papiers falsifiés ou incomplets et nous recevons chaque semaine des plaintes d’acheteurs floués qui nous demandent conseil.

4. Un achat souvent compulsif et irréfléchi

  • L’acquisition d’un chiot est un acte responsable et ne peut se faire dans de bonnes conditions lorsque le marchand – car il s’agit bien là d’un marchand – met la pression sur l’acheteur en lui proposant des conditions de paiement alléchantes ou en profitant de l’insistance des enfants en leur mettant le chiot dans les bras ce qui augmente considérablement les chances de conclure la vente.
  • Le vendeur ne se préoccupe pas toujours de la compatibilité de la race du chiot qu’il va vendre avec la situation familiale de l’acheteur et le contexte de vie du chien devenu adulte.
  • Très peu de conseils sont prodigués et l’évaluation de la motivation et de la détermination de l’acheteur est quasi inexistante.
  • Ce n’est pas la place d’un chiot, d’être exposé chaque jour dans une vitrine à attendre son futur maître comme une poupée dans un magasin de jouet ! Acquérir un chiot ou adopter un chien nécessite une mûre réflexion, le déplacement chez l’éleveur pour connaître les conditions de vie des reproducteurs et des chiots et les conseils d’un professionnel compétent et passionné ou bien se diriger vers un refuge ou une association digne de confiance.

5. Des conséquences parfois dramatiques

  • Morsures de chiens devenus agressifs parce que vivant dans un contexte non adapté ou mal socialisés
  • Multiplication des abandons ou euthanasie sont malheureusement les conséquences d’un achat rapide et irréfléchi.

Nos actions

  • Actuellement, nous constituons un dossier de niveau national qui regroupe tous les cas de chiots morts ou malades après un achat en salon ou en animalerie, ainsi que les arnaques commises envers les acheteurs.
  • Nous participons à des salons de défense ou de bien-être animal avec stand d’information et  conférences sur le sujet “Commerce de chiots en animaleries et salons : l’Enfer du décor”
  • Nous organisons régulièrement des vidéos en live sur notre page Facebook ou sur des groupes amis
  • Nous contactons les éleveurs réputés pour leur “sérieux”, les associations de défense ou de protection animale et les refuges pour les inciter à se rallier à notre cause
  • Nous contactons des maires et députés de régions qui accueillent des salons du chiot pour les sensibiliser au problème et les inciter à les interdire.

Soutenez-nous !

Si nous voulons remporter ce combat, même s’il est ardu puisqu’il s’attaque à un marché extrêmement lucratif, il doit s’inscrire dans la durée et fédérer un rassemblement de soutiens de toutes parts pour crédibiliser nos actions et accroître l’efficacité de notre engagement.
Pour cela, nous comptons sur vous et vous suggérons de remplir et de nous adresser notre formulaire de soutien.

Il n’y a pas de petits combats mais de grandes causes…

Menu